jeudi 20 juillet 2017

linyphia est une petite araignée très fréquente, surtout vers la fin de l'été et en automne : elle tisse une toile horizontale dans les herbes et les buissons et se tient toujours postée en-dessous et à l'envers, recueillant les insectes qui se prennent dans l'enchevêtrement de fils qu'elle a tissé au-dessus de sa toile...

le lézard des murailles n'apparaît qu'irrégulièrement, mais je l'ai vu à plusieurs reprises grimper à plus de cinq mètres de hauteur le mur du hangar pour se cacher dans les poutres du toit...




 la même que l'autre jour, mouche carnivore, famille des asilidés, je pense,

























carotte sauvage,

la pulicaire dysentérique revient tous les ans au même endroit en bordure de route... et seulement à cet endroit-là...


il me restait plusieurs bocaux de graines de setaria (pumila ou glauca - c'est la même chose semble-t-il) de l'an passé, que j'avais ramassées pour expérimenter (on les mangeait à l'époque préhistorique)...
elle revient beaucoup d'elle-même au jardin de sorte que j'ai hésité entre la désherber (c'est une "mauvaise herbe") ou la laisser pousser et récolter.
j'ai donc moulu tout ça et fait des galettes : pur, on croit manger du sable mais avec un peu de farine de blé c'est pas mauvais... :-)  du coup je vais la laisser pousser car elle est décorative en plus... :-)





les merles poussent vite : mardi c'était çà...


et mercredi les plumes sont déjà un peu plus développées...
(par contre au départ il y avait quatre oeufs alors qu'il n'y a que trois petits...)
la merlette travaille dur : elle est sur pattes du lever au coucher du soleil à gratter la terre pour trouver à manger pour ses petits...





























avec cette recapture je crois avoir résolu le mystère "campagnol ou rat des moissons" : il s'agit apparemment du campagnol roussâtre... il est aussi très petit ... avec une queue un peu plus longue que le campagnol des champs... et il est plutôt forestier, effectivement...
le campagnol, contrairement au mulot et au rat des moissons, reste au sol et ne grimpe pas au sommet des plantes...
donc toujours pas vu de rat des moissons... :-) (lui est encore plus petit, a une queue un peu plus longue dont le bout est préhensile - (il peut s'en servir pour s'accrocher dans les herbes) -  et pas poilue)




























et le mulot, grands yeux et grandes oreilles... j'en ai attrapé quatre encore ce matin... et hop... en forêt : ils font des bonds de un mètre en sortant de la cage...




leur travail, à part manger les petits pois... c'est couper les haricots rame à leur base....

heureusement pas partout...

ou encore emporter les têtes des pavots...


























 déboires dans les noisetiers, aussi, cette année : le pic et les mulots s'allient pour les manger vertes (çà toc toc sans cesse dans les arbres) et aussi les faire tomber pour le grand plaisir des mulots...



les courgettes commencent à affluer... j'avais versé un bocal de graines anciennes sur un tas de compost et toutes sont venues...





la verveine officinale ressemble à l'herbe aux chantres (sisymbre officinal) même si apparemment elle n'est pas de la même famille...





aigremoine,


































 un coup de pluie était bien nécessaire... (datura)

onagre,























bouillon blanc,

on s'abrite comme on peut...




lundi 17 juillet 2017

cette nuit, fouine, blaireau et chat sauvage...



























chat et renard sont passés la nuit d'avant, aussi... mais ils passent pratiquement chaque nuit, parfois plusieurs fois...